Le maïs est un formidable appât à carpes auquel on ne pense pas toujours au moment de partir à la pêche. À tort. Voici quelques astuces pour l’utiliser au mieux.

Il est tendre, il est sucré, il est voyant. Il prend du poisson partout depuis la nuit des temps, j’ai nommé : le maïs doux. En général, on lui préfère pourtant bouillettes et pellets pour pêcher la carpe. La force du marketing peut-être, la facilité d’utilisation sûrement. Il est vrai qu’à bien y regarder, il n’est pas forcément aisé de l’employer dans notre pêche. Beaucoup de carpistes l’utilisent pourtant avec succès (y compris en compétition), il existe donc des méthodes et des accessoires pour en tirer le meilleur.

Des éléments à prendre en compte

Avant de songer à introduire du maïs sur le coup, il vaut mieux connaître la population de poissons blancs du lieu pêché. Les gardons, brèmes et tanches raffolent également du maïs et la pêche peut vite se compliquer en leur présence (même si les vidéos sous-marines montrent qu’ils ont tendance à partir à l’arrivée des carpes). D’abord pour des raisons de quantité amorcée, qui pourrait ne pas s’avérer suffisante en cas de visite d’un énorme banc de brèmes. Ensuite parce que la taille de l’esche utilisée (voir plus bas) dans ces conditions ne favorise pas la sélection des plus gros poissons, en l’occurrence des carpes.

À noter aussi qu’une pêche au maïs, à l’instar du chènevis et de toutes les “particules”, aura davantage d’intérêt sur un plan d’eau ou une rivière au cheptel de carpes généreux, où l’on pourra amorcer régulièrement afin de mettre les poissons en concurrence alimentaire. Une pêche au spot, plus discrète, reste possible. À condition encore une fois de prendre en considération la population d’indésirables.

Le maïs en plastique

Évidemment, rien ne nous oblige jamais d’utiliser une esche identique aux appâts amorcés. Ce n’est pas plus mal dans le cas du maïs, qui supporte assez mal d’être enfilé sur le cheveu de nos montages. Il est toutefois cohérent d’avoir recours à des esches de tailles similaires, notamment dans le cas évoqué précédemment d’une pêche de rendement où l’on habitue les poissons à manger de petits appâts. Pour pêcher au-dessus d’un tapis de maïs, une petite bouillette ou un dumbell de 10mm peut être intéressant. Mais l’option numéro 1 pour beaucoup de pêcheurs depuis des années reste le faux maïs en plastique. Avec ce dernier, l’aspect et la taille sont similaires au maïs amorcé et sa solidité permet de l’escher et de l’expédier sur le spot en toute confiance. Selon les marques, il est vendu en version flottante ou équilibrée. Ce qui permet de varier les présentations. Pour la couleur, le jaune paraît évident. Mais il est parfois intéressant d’opter pour une couleur différente afin de diriger la carpe plus rapidement sur le montage.

Maïs et PVA

Pour les inconditionnels du stick ou du sac soluble, il est également possible d’utiliser le maïs avec le PVA. En y ajoutant du sel, celui-ci absorbe l’humidité du maïs et il est dès lors possible de l’incorporer dans du filet soluble.

Laisser un commentaire